Recherche

Sexy, mais…

Concours de photographies sensuelles

Catégorie

jury

Présentation des jurés de ce concours de photographies sensuelles « sexy, mais… »

Ma vision du concours, par Karine Géhin

carnet-styloKarine Géhin, juré de ce concours, nous raconte sa vision du concours photo « sexy, mais… » :

Un concours de photos sensuelles ?

Je n’ai jamais fait de photographie (à part les traditionnelles photos de vacances, mal cadrées, sur lesquelles on pose en maillot de bain avec un sourire de bienheureux) mais je me suis toujours intéressée au côté esthétique des choses. Ce concours est donc l’occasion pour moi de « nourrir » mes yeux avec de belles images.

J’aime écrire dans différents styles, mais mon actualité est érotique puisque la série Lily, que j’ai co-écrite avec William Tinchant, vient de voir publier son premier épisode. La sensualité est donc à l’honneur !

Sexy mais… ?

J’aime ce thème à la fois sensuel et décalé. Il m’a tout de suite inspirée. Par rapport à Lily, déjà, qui est sexy mais… tout un tas d’autres choses que vous découvrirez dans Déclic !, puisque notre héroïne va se prêter au jeu de la séance photo avec son beau voisin Thomas…

Peut-être aussi parce que je me sens concernée par le sujet. Je suis moi-même Sexy, mais… ronde !

La technique ou l’esthétique ?

Je ne connais rien aux techniques utilisées par les photographes. Ce qui m’intéresse, c’est le rendu. Pour que photographie me plaise, il faut qu’elle me raconte quelque chose, qu’elle me fasse rêver…

Rêver ?

Oui. À l’heure des selfies, tout le monde sait se prendre en photo, ce n’est pas difficile. On prend la pose, bouche en cul de poule et hop, c’est fait. Les clichés sont moches, pour la plupart, impersonnels, figés et sans saveur.

Noir & blanc, couleur, je n’ai pas de préférence. Je voterai pour la photo qui provoquera une émotion en moi. L’idéale serait une photo d’une sensualité telle que j’aie envie de pénétrer dans l’image pour toucher le grain de peau, ou pour découvrir ce qu’il se passera ensuite…

Du mystère, de l’élégance, un brin de voyeurisme… Faites-moi rêver !

Et pour l’instant ?

J’ai parcouru des dizaines de photographies et je suis restée sans voix devant la qualité de certaines !

Plusieurs n’ont pas réussi à susciter mon intérêt (c’est très subjectif), mais d’autres m’ont troublée. Quelques-unes m’ont même littéralement hypnotisée.

Bravo à tous ceux qui ont déjà tenté leur chance ; que vous soyez professionnels de la photo ou amateurs, modèles expérimentés ou lectrices coquines, hommes ou femmes, je vous félicite tous.

Et j’espère qu’il y aura encore de nombreux participants !

Le bar sans nom

carnet-styloLa semaine dernière, j’ai passé une journée à Paris : j’ai dû me lever avant cinq heures pour prendre le train, mais pour avoir le temps de flâner, il fallait bien sacrifier un peu de sommeil... Une expo par-ci, un musée (de l’érotisme) par là, la section antique du Louvre, une balade le long des quais pour feuilleter de vieux bouquins… Heureusement, j’avais pris de bonnes chaussures ! Au milieu de tout ça, j’ai prévu quelques minutes pour rencontrer quelqu’un.

17 heures 30, rue de Lappe, plan en main, je franchis l’entrée du bar qui, bizarrement, n’a pas de nom. J’aperçois un gars en train de pianoter sur son téléphone. Il se lève. Ce doit être lui. Je ne sais pas à quoi il m’a reconnue. Ma casquette ? Comme je ne suis pas physionomiste, de toute façon, il ne fallait pas compter sur moi pour l’identifier. Je note mentalement que c’est un grand gaillard aux yeux bleus, en jean et veste de cuir.

Nous sommes à peine installés que la patronne, un genre de Brigitte Bardot grunge, vient prendre nos commandes. Un Heurtebize pour lui (ne me demandez pas ce que c’est !), un mojito pour moi, avec des bretzels pour absorber l’alcool : il faut que je puisse retrouver mon chemin dans toutes ces rues et ces stations de métro. Je sors un calepin et un stylo pour noter ce qu’il va me dire. Ça le fait sourire.

On attaque ?

Ok, c’est parti.

William, bonsoir.

Bonsoir Steph.

Tu es le co-auteur de la série Lily, publiée depuis le 12 mars 2016, mais aussi membre du jury du concours de photos sensuelles « Sexy mais… » créé pour l’occasion. Peux-tu nous en dire plus sur cette passion pour la photo ?

La photo et moi, c’est une vieille histoire. Déjà gamin, je voulais faire photographe comme métier. Tu vois le genre : cours séchés pour aller photographier des portes d’entrée, journées entières à bloquer la salle de bain de mes parents, transformée en labo photo, ou essais à la technique de l’infrarouge en pleine nuit dans le cimetière du Père Lachaise. Bon, j’ai fait autre chose au final, mais depuis maintenant un peu moins de quatre ans, je m’y suis remis sérieusement. Ça me manquait.

As-tu un style de prédilection ?

En fait, j’en ai deux. Les portraits et le street.

Le street, comme pour les photos sur ThePolaroid Life ?

Oui. De l’urbain. La vie qui se déroule sous nos yeux, tous les jours. Des instants ou des moments de mon environnement. Avec mon interprétation, ma vision des choses, évidemment. C’est mon regard sur le monde.

C’est un style plutôt sombre. En opposition avec tes portraits, qui sont plutôt zen, épurés, doux.

Oui. Tout moi (Rires). Mister Zen a dit, il y a quelque temps « Une photo doit me raconter une histoire ou bien partager un moment intime ». C’est exactement ce que je pense. Et c’est ce que j’essaye de faire partager.

Peux-tu nous parler de ton actualité ?

Un peu d’écriture. Lily, bien entendu. Plusieurs shootings. Et la préparation d’une expo photo pour le festival Jean Ferrat.

J’ai lu que tu couvrais aussi tout le festival comme photographe officiel.

Exact et, en plus, il y aura une lecture d’un de mes textes, le tout premier que j’ai écrit, devant public, par un comédien.

Joli programme en perspective !

Il opine.

Nous discutons encore un peu de tout et de rien. Pas trop longtemps car j’ai un train à prendre.

Nous finissons par nous séparer sur le trottoir inondé de personnes prêtes à passer la soirée à faire la fête. Je ne sais toujours pas comment s’appelle ce bar et je me demande de quel côté aller…

Présentation des jurés : William Tinchant

Co-auteur avec Karine Géhin de la série érotique Lily, publiée aux éditions Dominique Leroy, et d’un polar, William Tinchant  ne crée pas seulement des œuvres écrites puisqu’il est aussi photographe. Il  a notamment réalisé la photographie de couverture des épisodes de Lily.

Présentation des jurés : Mister Zen

Tout d’abord styliste dans la mode féminine, Mister Zen a terminé sa carrière salariée en tant que directeur artistique. Depuis 7 ans, il dirige sa propre agence de communication.
misskat-oh-oui
Passionné d’images, il s’initie très tôt la photographie, qui à l’époque, se fait sur pellicule. Très vite, il s’intéresse à l’expression du corps et du plaisir. Se définissant plus comme un créateur d’images que comme un photographe, il signe dans le monde de l’érotisme, en 2014, la direction artistique du conte pour adultes Les Amoureux Libertins de Miss Kat et Denis Verlaine et en 2015, la couverture du recueil de nouvelles Fragments de Femmes. Actuellement, il prépare une exposition, qu’il veut de photos sensuelles et non érotiques : photos où le spectateur doit se sentir en situation de voyeur frustré…

Présentation des jurés : Karine Géhin

Karine-Géhin

Puisque la série érotique Lily est à la base de la création de ce concours de photographies, ses auteurs se devaient d’être présents dans le jury !

Qui est Karine Géhin ?

La littérature fait partie de sa vie depuis son enfance. Lectrice assidue, Karine décide un jour de passer de l’autre côté du miroir et d’écrire à son tour.
Lauréate d’un premier concours avec un polar humoristique intitulé
On ne joue plus depuis longtemps, elle enchaîne plusieurs publications, toujours sous forme de nouvelles. Son livre Les battements du cœur d’Alix a été en compétition pour le prix des lecteurs du livre numérique.
Parallèlement, elle se lance dans l’érotisme. Dans le recueil de nouvelles
À corps et à cris, elle propose une histoire de fessée, fraîche et moderne. Dans ce genre, c’est son crédo : des histoires contemporaines, pétillantes et sans tabous. Tels Pulsions, sur le thème de la Domination/soumission, ou la série Lily, écrite en duo avec William Tinchant.

(photographie de William Tinchant)

Présentation des jurés : Charlie

Le jury étant majoritairement masculin, Charlie apporte heureusement avec Karine Géhin une appréciable touche féminine !

stef cannelle jury

Charlie est blogueuse (son site personnel associe notes d’humeur, tests de sextoys et articles sur la sexualité), camgirl et animatrice radio sur Lsf radio chaque jeudi pour des lectures érotiques à chaud. Elle incarne avec vivacité et humour une sexualité décomplexée.

Charlie jugera sans aucun doute les photographies de ce concours sous l’angle de l’érotisme, de la mise en scène et du grain de folie que chacun aura souhaité y insérer.

 

Présentation des jurés : Adam

NXPL-Adam-Avatar

Auteur d’un livre sur l’orgasme prostatique, Le Traité d’Aneros, et créateur du site NouveauxPlaisirs, Adam anime maintenant ce site depuis plus de 6 ans pour diffuser ce qu’il app

elle espièglement de la #Culture. Principalement centré sur le plaisir masculin et les tests de sextoys à ses débuts, NouveauxPlaisirs.fr (ou NXPL) va maintenant bien plus loin en présentant tout ce qui attrait au sexe et la sexualité. On y trouve des articles de découvertes d’artistes, des tendances, des chroniques de sorties CULturelles, des retour d’expérience de clubs libertins, des critiques de livres et bandes dessinées, des récits érotiques, des réflexions et des témoignages sur toutes les sexualités… Son créateur, Adam, en a fait un magazine en ligne attractif et absolument immanquable pour qui apprécie de lire des articles sur une sexualité sans faux semblants, ludique et respectueuse.

Photographe amateur a ses heures perdues, Adam apprécie aussi la photographie érotique, il a joint à Nouveaux Plaisirs un tumblr à visiter quand on veut admirer de jolies photographies érotiques. Vu cet intérêt manifeste pour la photographie érotique, Adam a rejoint naturellement les jurés de ce concours de photographies sensuelles “sexy, mais”.

 

Retour en haut ↑